Aller au contenu

PAPART

Contexte et objectifs

Les personnes déficientes visuelles ne peuvent pas utiliser des cartes géographiques, de schémas ou de graphiques puisque la plupart d’entre eux reposent sur des informations visuelles. De plus, le braille encombre très rapidement un document et ne permet pas de légender la totalité des informations pour la lecture. Pourtant ces cartes sont indispensables à la construction de représentations mentales des configurations spatiales et pour la maitrise de connaissances (géographie, biologie, mathématiques, etc.). Ces difficultés correspondent à un véritable frein à l’accès à l’éducation.

Le projet « SAR-Création » a débuté en novembre 2018 dans le cadre du projet Européen VISTE. Il est né de l’impossibilité des enseignants spécialisés dans la déficience visuelle de créer eux-mêmes leur propre contenu pédagogique interactif audio-tactile sans passer par des informaticiens ou des chercheurs. Il convient donc de démocratiser cette pratique en développant des outils libres à mettre à leur disposition. L’avantage de la réalité augmentée spatiale est qu’il permet d’augmenter un objet tactile déjà existant avec des informations numériques et de le mettre à jour très facilement. Dans le cadre de la déficience visuelle, il s’agit d’informations audio.

Présentation du dispositif

PapARt est un système de réalité augmentée spatiale développé et commercialisé par l’entreprise RealityTech (http://rea.lity.tech). Dans le cadre des projets VISTE et Accessimap, plusieurs laboratoires ont collaboré (« Cherchons pour voir », Toulouse ; ENAC, Toulouse ; INRIA, Bordeaux) pour travailler sur les usages du dispositif, notamment pour les personnes avec déficiences visuelles.

Le système est composé d’une caméra couleur et de profondeur et d’un projecteur montés sur une tour, d’un microphone et d’un haut-parleur. La caméra permet de suivre le mouvement des mains des utilisateurs. En déposant un contenu en relief (papier thermoformé, objet, plateau de jeu de société, etc.) sur la zone de travail, on sera en mesure de créer des zones audio-tactiles (mode « création ») et d’interagir non seulement avec elles mais aussi des objets (mode « exploration »).

Le mode création permet de dessiner des formes concaves ou convexe et des lignes droites sur un support en relief. Il est ensuite possible d’associer un son à chacune de ses formes.

Le dispositif permet de s’affranchir totalement de l’ordinateur puisque le passage d’un mode à l’autre s’effectue à l’aide de cartes en bois à présenter à la caméra. De plus, le dessin s’effectue à l’aide de son doigt.

Pour en savoir plus, une vidéo de démonstration est disponible sur la chaine YouTube du laboratoire à l’adresse suivante : https://youtu.be/z6h6mKT0h1M

Consortium et acteurs impliqués

Le projet a été initié par Anke Brock (ENAC Toulouse), Christophe Jouffrais (IRIT), Martin Hachet (INRIA Talence) et Lauren Thévin (INRIA Talence). Cette équipe a été renforcée par l’arrivée de Nicolas Pallard, stagiaire ingénieur de l »université de Bordeaux, de novembre 2018 à fin février 2019 et de Nicolas Rodier, stagiaire ingénieur de l’école d’ingénieurs ISIS de Castres de mi-février à août 2019.

Aller au contenu principal